Résilience économique

La résilience économique de la production de bovins de boucherie englobe de multiples politiques agricoles nationales, notamment les outils de gestion des risques et l’offre stable de main-d’œuvre. 

Principes de l’ACEB sur la gestion du risque d’entreprise (GRE) 

Recommandations sur la politique de GRE 

Assurance des prix du bétail (LPI) 
Report de l’impôt pour les éleveurs 

L’ACEB recommande au gouvernement fédéral d’apporter des modifications à la disposition de report de l’impôt pour les éleveurs afin de permettre aux agriculteurs et aux éleveurs de choisir eux-mêmes le moment où ils peuvent utiliser cet outil et de s’assurer que tous les bovins sont admissibles à la disposition de report. Cela permettra aux agriculteurs et aux éleveurs de mieux s’adapter financièrement en cas de sécheresse, d’inondation ou d’incendie, car ces événements les obligent souvent à vendre des animaux comme des veaux et des animaux reproducteurs plus tôt que prévu. 

Agri-stabilité 

L’ACEB recommande aux gouvernements d’améliorer davantage Agri-stabilité en mettant en œuvre les changements suivants: 

Agri-relance 
Assurance-fourrage et pâturage 

Il faut améliorer l’assurance du foin et du fourrage dans tout le pays. Les programmes gouvernementaux d’assurance agricole à frais partagés offrent une couverture pour les cultures fourragères, y compris les pâturages et le foin, partout au Canada. Cependant, la participation des agriculteurs et des éleveurs à ces programmes est faible par rapport aux cultures annuelles. Les produits d’assurance fourragère se distinguent souvent des cultures annuelles en ce sens que la couverture et le règlement subséquent des sinistres sont basés sur la superficie et non sur la production d’une exploitation individuelle. L’absence de couverture d’assurance agricole individuelle pour les fourrages peut dissuader la participation et représente une source d’inégalité entre les solutions de GRE pour les cultures vivaces et annuelles. Les programmes d’assurance-fourrage et pâturage devraient également être dotés d’un mécanisme qui aide les agriculteurs et les éleveurs à tenir compte de l’augmentation des prix des aliments pour animaux en période de pénurie. Ces améliorations à la conception des programmes pourraient atténuer les demandes d’Agri-relance en période de sécheresse ou d’inondation. 

Programme de paiements anticipés 

L’ACEB demande que la portion sans intérêt du Programme de paiements anticipés (PPA) soit augmentée à 500 000 $. 

Faire face aux pénuries de main-d’œuvre