L'ACEB se réjouit de la progression des discussions sur l'ALE de l'ANASE  

Calgary, AB – En tant que partisan du libre-échange, l'Association canadienne des éleveurs de bovins (ACEB) se réjouit de l'annonce faite par le gouvernement du Canada d'entamer des négociations de libre-échange avec l'Association des nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE).

"Le libre-échange est un élément important de la réussite économique du secteur canadien du bœuf", a déclaré Bob Lowe, président de l'ACEB. "Nous sommes heureux de constater la progression avec l'ANASE et nous nous réjouissons de l'ouverture de nouveaux marchés pour les exportations de bœuf canadien."

Au sein du bloc de l'ANASE, un certain nombre de pays sont déjà couverts par l'Accord de partenariat transpacifique global et progressiste (PTPGP). Un exemple de réussite commerciale dans la région peut être donné par le Vietnam qui, depuis la mise en œuvre du PTPGP, est devenu un marché important pour le bœuf canadien. Toutefois, les producteurs de bœuf canadien s'intéressent aux marchés en croissance et espèrent pouvoir accroître leurs échanges avec des pays qui ne font pas partie du PTPGP, notamment les Philippines et la Thaïlande.

Alors que les discussions sur l'Accord de libre-échange (ALE) de l'ANASE sont en cours, l'ACEB a hâte de consulter les gouvernements et les intervenants et d'assurer un accord commercial significatif pour les producteurs de bœuf canadiens. L'ACEB a également soutenu la progression du commerce avec l'Indonésie par le biais de l'ALE Canada-Indonésie et continue de soutenir la croissance de ce marché potentiel.

Faits marquants:

  • Les producteurs de bœuf canadiens exportent environ cinquante pour cent du bœuf produit au Canada et ce commerce ajoute une valeur de 775 $ CAN par animal par rapport à ce qui se passerait si les producteurs ne pouvaient vendre que sur le marché canadien.

  • Les exportations de bœuf canadien vers les Philippines étaient de 1 253 tonnes, d'une valeur de 5,2 M$ en 2020, mais étaient en forte hausse de janvier à septembre 2021, avec 4 145 tonnes, d'une valeur de 11,2 M$.

  • La croissance de ces marchés serait soutenue par un accord qui éliminerait les droits de douane de 10 % appliqués par les Philippines sur les coupes de muscles, de 5 % sur les foies et de 7 % sur les autres abats.

  • La Thaïlande n'est pas actuellement un marché pour le bœuf canadien, mais avec l'élimination des droits de douane actuels de 50 % sur le bœuf, la Thaïlande pourrait devenir un futur marché de croissance.


Pour de plus amples informations, veuillez contacter :
 
Directrice des communications
Association canadienne des éleveurs de bovins
communications@cattle.ca